Archive blog de
Dom Mabb

15 février - 3 mars 2018
 
Dom Mabb
15 février 2018

Conférence à Sciences Po Lille le 19/01/2018 "L'UE est morte, vive l'Europe ! Introduction à la souveraineté", avec Jacques Sapir, Coralie Delaume, et Etienne Campion, président de CRE Sciences Po Lille.

 
Dom Mabb
16 février 2018

SDF : PEUT-ON RÉGLER LE PROBLÈME ?

 
Dom Mabb
16 février 2018

LES ACTIONNAIRES TUENT LES ENTREPRISES

 
Dom Mabb
16 février 2018

NOUVELLE GIFLE POUR MACRON = WASHINGTON obtient des « Européens » qu'ils acceptent d'obéir à « L'OTAN ET À L'OTAN SEULE.»

 
Dom Mabb
17 février 2018

LA GRANDE INTERVIEW : FANNY ARDANT

Dans le cadre de l'année linguistique et littéraire franco-russe, Vera Gaufman reçoit depuis Moscou l'actrice-réalisatrice Fanny Ardant. La comédienne y livre son amour pour la littérature Russe et son attachement à la liberté d'expression.

 
Dom Mabb
17 février 2018

Le système peut-il s'effondrer ?
Conférence de Régis Chamagne - Février 2018

Le Colonel (ER) Régis Chamagne, ancien pilote de chasse et stratège, auteur de " l'Art de la guerre aérienne" et de " Relève-toi ", évoque les possibilités actuelles d'effondrement des systèmes écologiques, économiques, politiques...

 
Dom Mabb
17 février 2018

Macron et Trump veulent renverser Maduro pour empêcher le modèle chaviste de prospérer

 
Dom Mabb
17 février 2018

Idriss Aberkane sans filtre [EN DIRECT]

 
Dom Mabb
17 février 2018

Totalitarisme

"Partant d'une vidéo du 8 février 2018 nous pouvons constater les méthodes utilisées par la police de la pensée, avec sa radio et ses animateurs collabos . L' Empire yankee et son bras droit UE active sa nouvelle chasse aux sorcières pour sa province France..." (gasparlrfou)

 
Dom Mabb
17 février 2018

Poussières de mort

Les conséquences dévastatrices pour la santé des munitions à l'uranium utilisées lors des guerres de l'otan?

 
Dom Mabb
17 février 2018

Interview : Jean-Pierre Canet et le journalisme d'investigation

 
Dom Mabb
17 février 2018

Journalistes et liberté d'expression en danger ? [EN DIRECT]

 
Dom Mabb
17 février 2018

Le roi et l'oiseau (1979) de Paul Grimault, scénario de Jacques Prévert

 
Dom Mabb
18 février 2018

Richard Stallman - Le défenseur de la liberté que nous ne méritons sans doute pas, mais dont nous avons certainement besoin

 
Dom Mabb
18 février 2018

ENTRETIEN N°58 - 30000 adhérents - Syrie - Soros - Travailleurs détachés - Agriculteurs - Justice

 
Dom Mabb
21 février 2018

Chomsky : comment détruire un service public ? En baissant son financement
C'est la technique de base avant de privatiser

Blog d'Etienne_Chouard, "Le Blog du Plan C"

 
Dom Mabb
23 février 2018

Charles-Henri Gallois, responsable UPR des affaires économiques, répond à vos questions

 
Dom Mabb
25 février 2018

B. Stiegler valide l' analyse de l' UPR en décrivant son expérience comme directeur de l' INA

 
Dom Mabb
25 février 2018

Asselineau appelle à l'intelligence des Insoumis

eyome (25 février 2018) : La vidéo d'une réunion d'Insoumis est vraiment flippante. "On voudrait des arguments plus forts pour leur répondre" "Je ne sais pas, c'est très technique..." Oo
Toute cette énergie de perdue, bordel.

E M (25 février 2018) : Franchement un intervenant qui reconnaît n'être pas en mesure de répondre à une question difficile (pour lui), je ne vois pas bien le problème. Mieux vaut ça 'qu'un enfumage rhétorique telle que cette vidéo. «Nous avons raison, nous sommes rationnels, et les autres ont torts»... Mouais.
Il ne peut pas concevoir la rationalité des gens qui sont contre la souveraineté française? Et pourquoi donc?

E M (25 février 2018) : En plus il appelle à l'intelligence des insoumis en les traitant (en sous-entendu) de cons (c'est le but de l'extrait de la vidéo inclus dans celle-ci)

eyome (25 février 2018) : Peut être parce que jusqu'ici il a eu raison ? Asselineau je parle.
Bè moi ça me surprend un peu que dans une réunion comme ça, le leader ne comprenne pas les plans de la FI.
Et c'est quoi d'ailleurs le problème avec la souverainenté française ? Ca veut dire quoi pour toi ?

E M (25 février 2018) : Le «Leader»... peut-être parce que tu cherches un bon chef. Je ne sais pas de quoi il parlait avant, c'était sûrement intéressant, ensuite il reconnaît qu'il ne sait pas. Je trouve ça très correcte et que ça dénote d'un état d'esprit (général) justement très intelligent.

Juste qu'on peut tout autant remettre en cause rationnellement (sans phobie) la souveraineté française que la constitution d'une souveraineté européenne. Je ne vois pas en quoi l'une serait rationnelle et l'autre irrationnelle. On peut avoir des raison de préférer l'une ou l'autre. Dire qu'un adversaire politique est irrationnel, c'est de la rhétorique (et partant un effort de manipulation).

Ça me semble très drôle parce qu'il critique (avec raison je dirais ) le fait que Mélenchon parle des anti-européens comme des euro-phobes pour ensuite s'empresser de le faire aussitôt envers les régionalistes... Ça me semble pas si rationnel ça.

eyome (25 février 2018) : Ok, il ne sait pas et il le dit, bon... Si ça vous convient ma foi. Je trouve dommage de suivre des gens qui ne savent pas. Tu crois qu'il va chercher ? Tu crois qu'il va revenir vers vous en ayant un début de réponse ? A mon avis, il faudrait surtout ne pas arréter de poser ce genre de questions à vos chefs, leaders, (désolé je ne sais pas comment le désigner). Vraiment, et ce n'est pas ironique. S'ils sont "responsables" ça veut dire qu'ils ont des réponses, c'est la même éthimologie. Vos responsables vous doivent des réponses, alors posez-en leur !

Je savais que tu allais en venir à une souveraineté européenne. Tu luttes contre tes intérêts c'est fou. A vouloir ça tu t'éloignes du pouvoir que tu devrais avoir. Tu délègues ton pouvoir non pas à l'Etat (ce qui est déjà un peu con) mais encore plus haut. A des gens qui en ont encore moins à carrer de toi. Et après ça sera quoi ? La souveraineté mondiale ? Faut vraiment se poser la question, où veut-on nous amener et pourquoi. C'est du globalisme, et les gens qui mènent cette politique ne sont pas du côté du peuple.
Il ne faut pas déléguer le pouvoir mais le ramener au plus proche de nous. Pour ça l'UE est fuir.

E M (25 février 2018) : Pardon mais je n'ai pas donné mon opinion sur la souveraineté européenne.

eyome (25 février 2018) : Ok, je pensais que tu défendais cette vision, alors qu'elle est ton opinion du coup ?

E M () : Pour ma part je suis contre l'UE. Mais à dire vrai je suis aussi contre la France. Dans l'idéal je suis pour la souveraineté communale. Mais bien évidemment il est nécessaire que certains éléments de souveraineté soient cédés à un niveau mondial (certaines problématiques ne trouvant à se résoudre qu'à ce niveau là).

eyome (25 février 2018) : On a tellement perdu, que je ne veux plus rien céder. Que voudrais-tu céder au niveau mondial ? On peut faire des accords sans avoir à céder nos pouvoirs décisionnels, ça n'a rien à voir hein pour moi.

(Tu es contre l'UE, mais alors qu'est ce que tu défends la FI alors ? xD)

E M (25 février 2018) : Tu as sûrement raison on devrait pouvoir se contenter d'accords. Ces accords reviennent à céder certains éléments de souveraineté (comme les accords sur le CO2 par exemple).

   «(Tu es contre l'UE, mais alors qu'est ce que tu défends la FI alors ? xD)»

(Je pensais bien que tu allais dire ça. Si tu le souhaites tu peux me faire l'argumentaire Asselineau pour essayer de me convaincre que je me trompe en faisant appel à mon intelligence ^^ )

eyome (25 février 2018) : Pourquoi tu dis que ça reviendrait à céder certains éléments de souveraineté ? On pourrait très bien le décider par un référendum par exemple. Il faut arréter de nous infantiliser, on peut très bien décider pour nous-même.

(Bè tu m'as tendu la perche, comment résister ? C'est trop pas logique pour moi :-) ).

E M (25 février 2018) : Oui bien sûr et on peux aussi décider par referendum de céder certain éléments de souveraineté par des accords. Comme l'ont fait par exemple les suisses avec Schengen (et bien d'autres choses). Dans une véritable démocratie, tu as raison, il ne s'agit pas de céder des éléments de souveraineté puisque ce qui a été cédé peut être repris (par le même processus souverain). Enfin bref sur ça on est d'accord.

il y a environ 29 jours eyome eyome Bon, je vais pinailler mais je ne comprends pas. Si on décide par référendum de faire quelque chose ou de ratifier quelque chose, comme Schengen comme tu le dis justement, on ne cède pas notre souveraineté. Puisque c'est le peuple qui l'a décidé, lui-même.
Celle-ci est cédée lorsque cette décision est prise à un niveau supra-national.

E M (26 février 2018) : Oui tu pinailles. Une fois que le peuple a pris la décision par referendum de céder des éléments de souveraineté au niveau supranational, alors des décisions sont prises au niveau supranational. Le niveau supranational c'est encore de la souveraineté nationale puisque il a été légitimé par un processus démocratique. Exemple Mastricht? Mais si le processus est irréversible (un la nation ne peut pas revenir sur sa décision) alors ce n'est pas démocratique. La vraie question est donc la réalité du processus démocratique. La France n'étant pas une démocratie, ça ne change pas grand chose de simplement revenir au niveau national. Le peuple n'y est pas souverain.

Fëanor (26 février 2018) : Bonjour, excusez-moi de m'immiscer dans votre débat. Nous n'avons rien à céder en termes de souveraineté nationale. Nous pouvons, temporairement, accepter de travailler ensemble pour le bien commun, et tant que cela n'est pas trop à notre détriment. La loi française et la constitution française sont, par essence, supérieures à la loi Européenne, qui n'est pas une constitution. Le précédent de la cour constitutionnelle de Karlsruhe est clair : si la loi Allemande est supérieure aux lois Européennes, par égalité entre les pays, la loi Français l'est aussi. Le peuple français est souverain, et je lui fais entièrement confiance pour trouver les bonnes décisions, à la fin. Le Brexit est un autre exemple de la souveraineté du peuple "britannique", et donc de la souveraineté du peuple Français, même si dans ce cas, nous sommes tristes que nos amis Britanniques nous quittent et que nous sommes tristes de ce que cela va leur coûter (tout en faisant très attention à ce que cela ne nous coûte rien à nous!).

Maintenant se pose la question de la veulerie de nos femmes et hommes politiques, mais c'est un autre débat... Clairement, nous n'avons pas encore atteint une situation de danger où, l'histoire l'a montré à de nombreuses reprises, nous changeons nos femmes et hommes politiques "normaux" qui sont là pour gérer (mal) les affaires courantes, pour des êtres d'exception qui incarnent l'esprit national et réunissent une large majorité des françaises et de français derrière elles et eux.

Cordialement,
Fëanor2100

E M (27 février 2018) : Bien sûr, sauf que en dernier ressort (et malgré les apparences), la souveraineté n'est pas d'essence juridique. L'état du droit est le reflet (ou disons pour ainsi dire l'écriture) de la synthèse d'un rapport de force, tel qu'il s'inscrit à tel où tel moment dans l'histoire. Les nations naissent et meurent, se décomposent ou se composent. Il n'y a rien qui soit inéluctable ni impossible en la matière. Il y a par contre ce que chacun, et tous veulent (dans ce qu'ils pensent relever de leur intérêt), (et qui en effet participe de l'institution finalement juridique de tel ou tel État).

Quant à cette personne providentielle que vous espérez, je vois ça d'une autre manière. Des habiles qui savent profiter des vents tourbillonnants des gros temps chaotiques. Ne s'élèvent-ils pas la plupart du temps en chevauchant sur des charniers? Ils ne sont providentiels qu'à posteriori, lorsque vainqueurs, les vaincus ne sont plus en mesure de leur contester leur superbe. Lorsque tout le monde aussi est tellement fatigué de survivre qu'ils n'ont plus que l'énergie de s'en remettre à un habile charismatique. Mais j'exagère peut-être...En tout cas ça ne me fait pas rêver. Un mythe, rien d'autre.

eyome (27 février 2018) : @E M, en fait, je ne pinaille pas tant que ça parce que je ne comprends pourquoi tu dis ça :

"Une fois que le peuple a pris la décision par referendum de céder des éléments de souveraineté au niveau supranational, alors des décisions sont prises au niveau supranational"
Si, par exemple (en mode Suisse), on dit par réferendum qu'on est d'accord avec un certain taux de CO2 rejeté dans l'air, ça ne veut pas dire qu'on ne sera plus maitre du quota de CO2 à l'avenir. On ne cède rien du tout dans ce cas, on a dit explicitement, "on est d'accord pour un taux de CO2 à tant".
On cède si jamais on nous dit : "A partir de maintent, le taux de CO2 sera décidé par tel organisme au dessus de vous" et qu'on ne fait rien.
C'est différent quand même.
On ne devrait rien céder en fait, c'est tout.

@feanor2100@framasphere.org, je ne comprends pas non plus. Tu dis que l'UE n'a pas de constitution alors qu'elle en a une depuis 2007 et le traité de Lisbonne (et ce traitre de Sarkozy). Et on sait, par une certaine Viviane Reding, ancienne membre de la commission de l'UE que 80% de nos lois découlent des traités européens. Et d'un certains Juncker lui aussi membre de la commission, qui dit qu' "Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens". Ségolène Royal a aussi dit à un journaliste anglais à propos du Brexit "rassurez-vous, nous ne ferons jamais de réferendum en France sur la sortie ou non de l'UE, je peux vous l'assurer".
Le message est clair non ?
Concernant les anglais, en ce qui me concerne, je trouve ça super, ça a éveillé les consciences, c'est super ce qu'ils ont fait. Eux, on leur a donné clairement le choix, eux.
Pour être honnète, je ne suis pas triste, envieux est plus le mot :D.

Dom Mabb (28 février 2018) : @E M, tu dis "L'état du droit est le reflet (ou disons pour ainsi dire l'écriture) de la synthèse d'un rapport de force, tel qu'il s'inscrit à tel où tel moment dans l'histoire." je suis d'accord (c'est la classe moyen qui engendre l'état de droit, les pauvres n'ont pas recours au droits et les très riches ont d'autre moyen pour défendre leur intérêt), et on peut aller plus loin dans le raisonnement comme le fait Sapir lorsqu'il parle de la lutte des classes avant la conception marxienne lors de la Révolution. Il parle de la lutte des trois ordres. Le tiers-état n'a pas écrasé les deux autres (il y a toujours des curés et des aristos), et c'est de ce rapport de force que son nés les institutions (qui permet de faire cohabiter les trois ordre), la séparation des pouvoirs, l'état de droit, les droits de l'homme, que l'on résume en un mot, la démocratie.
De même, après la second guerre mondiale, les puissances financières et multinationales ayant financer le nazisme ont des compte à rendre, l'opposition entre l'urss communiste et les état-unis capitaliste, de ce nouveau rapport de force, née les institutions internationales que son l'onu, la cours pénale internationale, l'unesco... Et la charte des nation unis a une aura tous aussi importante et complète celle des droits de l'homme sur le plan internationale.
L'échelon communal n'est pas tout. A une époque il été de bon ton de défendre le libéralisme en promouvant une politique antitrust car contraire à l'esprit de la libre concurrence circonscrit au niveau national (Adam Smith). Cela a été repris dans la constitution en introduisant l'expropriation indemnisée à sa juste valeur et la nationalisation :

Le premier alinéa du préambule de la Constitution française dit : « Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l'Homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu'ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu'aux droits et devoirs définis dans la Charte de l'environnement de 2004.»

Le 9ieme alinéa du préambule de la Constitution de 1946 dit: « Tout bien, toute entreprise, dont l'exploitation a ou acquiert les caractères d'un service public national ou d'un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité. »

Malheureusement le Conseil constitutionnel considère que ce 9ieme alinéa ne s'applique plus, une décision autocratique qui résulte d'un nouveau rapport de force. Les syndicats de salariés sont en faiblesses, il n'y a pas vraiment de rapports de force. Cette absence de rapports de force entraîne la disparition des institutions (suppression des juges d'instruction (volonté de Sarcozy), réforme des statuts de l'AFP allant toujours vers plus de privatisation, concentration des capitaux entre quelques mains, réduction des services publiques, moins de tribunaux des prud'homme, moins de postes ptt, moins de services préfectoraux, diminution drastique du financement des communes, privatisation de la sncf, de gdf, edf, télecom... privatisation de la police... Et sur le plan international diminution du rôle de l'onu de l'unesco au profit de l'otan. Alors vous me dirait l'otan est une institution, certes mais c'est une organisation militaire avec un chef état-unien réinstaurant des rapports d'un autre age dit de vassalité. C'est pourquoi il faut rompre avec ces alliances militaires qui sont néfastes pour le monde et la liberté des membres et des ennemis bouc-émissaires désignés.

C'est les 1% les plus riches qui ont le vent en poupe et qui transforme progressivement nos régimes politiques de la démocratie à l'oligarchie (et pas uniquement en France). Et c'est une régression !, et là je parle en tant que faisant partie de la classe moyenne, celle qui fait parti des 20%, on revient petit à petit à l'ancien Régime où il faut être bien né pour avoir sa place.

Erin (28 février 2018) : @Dom Mabb. D'accord avec ce que tu écris.

@eyome Ça marche comme ça pour ton exemple, d'accord. Mais ça ne marche pas pour d'autres exemples. Par exemple, L'adhésion à Schengen impose d'accepter l'installation et le travail de tous les français sur le territoire suisse. Par après les suisses ne peuvent pas voter par exemple pour l'instauration d'un quota d'immigrés français car cette disposition est opposée à un traité adopté préalablement. (je précise que cet exemple ne reflète pas mes opinions). Par contre, ce que les Suisse peuvent faire c'est de remettre en question leur adhésion à Schengen par un nouveau referendum. En démocratie, les décisions sont réversibles. Ce n'est pas le cas en France, sauf à l'initiative des représentants, qui évidemment, quoi qu'on en dise,peuvent remettre en cause très précisément tout, en vertu de la souveraineté française (mais il faut en assumer certaines conséquences évidemment). @Dom Mabb. D'accord avec ce que tu écris.

Je dis ceci sans vouloir idéaliser du tout le système suisse (qui est en fait, au fond, comme une mini UE, avec les institutions démocratiques en mieux quand même).

 
Dom Mabb
27 février 2018

Asselineau disait vrai...

 
Dom Mabb
28 février 2018

L'UPR au Salon international de l'agriculture 2018 : Spécial Guyane

 
Dom Mabb
28 février 2018

Législative partielle : François Asselineau en réunion à Kourou (Guyane)

 
Dom Mabb
28 février 2018

Interview de François Asselineau sur Guyane 1ère (27/02/2018)

 
Dom Mabb
28 février 2018

En visite à l'usine PSA de Mulhouse, Bruno Le Maire, ministre de l'économie et Carlos Tavares, PDG de PSA interpellés par des militants Cgt de l'usine

Ecoutez les derniers mots du ministre, d'où l'importance de voter, et pas pour n'importe qui, aux élections présidentiel et législatives...

 
Dom Mabb
1 mars 2018

Comme quoi dans certaine situation le vainqueur d'un scrutin peut être tout aussi dépendant des préférences des électeurs que du scrutin mis en place... (vidéo éducative)

 
Dom Mabb
3 mars2018

Débat Législatives : François Asselineau (UPR,) Daniele Obono (FI) et Alix Madeleine (LREM)

 
15 février - 3 mars 2018