Le langage d'opérateurs

Table des matières :

  1. Langage alpha
  2. A la recherche des principes fondamentaux
  3. Axiomatique du langage d'opérateurs
  4. Les trois pans du langage
  5. Structure
  6. L'engendrement
  7. L'indépendance
  8. Matroïde
  9. Opérations sur les familles
  10. Morphisme
  11. Structure libre
    1. Les modèles de structures libres
    2. Le constructeur
  12. Simplification du langage d'opérateurs d'arité variable en un langage d'opérateurs d'arité fixe
  13. Langage d'opérateurs avec séquences
  14. Langage avec deux opérateurs binaires dont l'un est associatif
  15. Théorie d'égalité

1) Langage alpha

Les mathématiques définissent un langage par un ensemble fini d'opérateurs. Se pose alors la première question : qu'est-ce qu'un opérateur ?

Un opérateur est avant tout un identifiant, quelque chose que l'on peut identifier et que l'on représente par un caractère. Puis l'opérateur a un aspect dynamique intrinsèque. C'est quelque chose qui opère sur le langage, et apriori, il opère de façon totalement libre sur le langage, c'est à dire qu'il s'applique à toute liste finie non vide de termes du langage appelés opérandes pour produire un terme du langage appelé résultat. Et ce terme résultat n'est que l'expression de l'opérateur appliqué à sa liste d'opérandes. On parlera de l'emboitement d'un opérateur avec sa liste d'opérandes.

Ces opérateurs sont inclus dans l'univers du langage, c'est à dire qu'ils constituent des termes du langage. Chaque terme du langage est composé d'opérateurs emboités. C'est d'ailleurs pourquoi le langage est appelé « langage d'opérateurs ». Et il est parfois qualifié d'arité variable car les opérateurs peuvent s'appliquer à une liste d'opérandes de taille quelconque finie non nulle.

L'opérateur du langage est un atome. C'est à dire qu'il ne se subdivise pas. Et c'est un identifiant. Il possède un nom sous forme d'un caractère.

Un terme est un objet plus général qu'un opérateur, une construction finie faite à partir d'opérateurs. L'ensemble des termes constitue l'univers du langage, tandis que l'ensemble des opérateurs constitue la présentation du langage. Ces opérateurs sont aussi appellés plus précisement les opérateurs générateurs du langage car ils engendrent à eux seuls tous les termes du langage, et sont de plus eux mêmes des termes du langage.

Comme il n'y a pas de différence entre un opérateur et un terme, autre que l'insubdivision, le terme se comporte comme un opérateur et opère donc également sur le langage de façon totalement libre, c'est à dire qu'il s'applique à toute liste finie non vide de termes du langage appelés opérandes pour produire un terme du langage appelé résultat. Et ce terme résultat n'est que l'expression du terme initial appliqué à sa liste d'opérandes. On parlera de l'emboitement d'un terme avec sa liste d'opérandes.

De ce qui précède, le langage est constructible, c'est à dire qu'il existe un programme, par principe de taille finie et exécutable par une machine de Turing, appelé énumérateur du langage, qui énumére tous les termes du langage. La présentation du langage, notée `L` engendre par emboitement l'univers du langage noté `L^•`. Le symbole `•` en exposant est l'opération de clôture par emboitement. Ainsi l'ensemble `L^•` est la clôture de `L` par emboitement.

Dans la façon de parler, le « langage » désigne aussi bien la présentation que l'univers. Pour être précis, on dira l'ensemble des « opérateurs générateurs du langage » qui est un synonyme de la « présentation du langage ». Et on dira l'ensemble des « termes du langage » qui est un synonyme de l' « univers du langage ».

S'il n'y a pas d'opérateur générateur, le langage engendré est vide. Considérons tout d'abord le cas où il y a un unique opérateur générateur. Alors celui-ci va non seulement engendrer un langage d'opérateurs mais on verra que ce langage contiendra tous les langages d'opérateurs possibles. Dans la littérature contemporaine cet opérateur unique porte un nom. Il s'appelle alpha, `alpha`. Il est d'arité variable. C'est à dire qu'il peut s'appliquer à toute liste finie non vide de termes du langage alpha, `{alpha}^•`. Et il fait partie de l'univers du langage alpha, `alpha"∈" {alpha}^•`.

Regardons comment se construit le langage alpha. Sa présentation est `{alpha}`. À partir du terme `alpha` on peut construire le terme `alpha(alpha)` puis le terme `alpha(alpha,alpha)` ou le terme `alpha(alpha(alpha))` ou bien encore le terme `alpha(alpha)(alpha)`....

Autrement-dit, les termes du langage alpha obéïssent aux règles globales suivantes :

(Le langage alpha est un langage mathématique. Il ne faut pas le confondre avec le langage informatique du même nom ALPHA qui est un langage parallèle fonctionnel conçu par Christophe Mauras en 1989 à l'université de Rennes.)

2) A la recherche des principes fondamentaux

L'étude des fondements du langage nécessite, comme pour l'étude des fondements de l'informatique, de rechercher les opérations les plus élémentaires possibles, les plus petites, les plus décomposées possibles, afin d'ordonner à une description la plus générale possible. Y a-t-il une limite à notre recherche dichotomique ?, peut-on toujours diviser les opérations mises en oeuvres, en opérations plus simples ?, et à quel prix ?, en utilisant des outils de plus en plus lourd, qui apportent une complexité de plus en plus grande, nécessaire pour accéder à ces nouveaux objets réputés plus simples. Tout se passe comme dans la quête des physiciens à la recherche de l'infiniment petit, utilisant des énergies de plus en plus grandes pour percer le mystère de quelque noyau. Or la quasi totalité de ce que nous voyons jaillir lors de l'expérience ne provient pas du noyau, mais est constitué d'une multitude d'objets, résultat de la création chaotique causée par l'énergie utilisée nécessaire à l'observation. L'observation perturbe l'expérience ! jusqu'à créer un univers. La même problématique se pose dans l'étude d'un fondement. Ici pour le langage, notre observation mettra en oeuvre des outils mathématiques que sont les entiers, les relations d'ordres, les relations d'équivalence, les permutations, les graphes, les fonctions, les ensembles..., projetant autant d'arbitraires, de préjugés et de dissymétries, qui seront causes de la création de multiples objets hétérogènes et déroutants. Notre observation va créer du désordre, et l'art consistera à découvrir dans ce désordre les invariants fondamentaux qui se rattachent à notre sujet d'observation.

L'opérateur est une notion clef, à la fois dynamique et objectuel. L'analogie avec la physique des particules élémentaires peut être développée davantage. Devant l'impossibilité de percevoir directement ces objets, le physicien a naturellement, par le biais d'une démarche hypothético-déductive propre aux sciences exactes, construit des objets hypothétiques que sont les particules. Et il est intéressant de remarquer qu'il pousse son raisonnement au point de considérer également une interaction comme véhiculée par une autre particule. Par exemple l'atome est un objet, et plus précisément un système physique, c'est à dire un objet auquel les physiciens attribuent des variables d'état et qui respecte des invariants fondamentaux tel que la conservation de la masse-énergie, et autres quantités tel que la charge électrique, la quantité de mouvement, le moment cinétique, etc..., et son interaction électromagnétique avec un autre atome se fait par l'intermédiaire du champ électromagnétique qui, quantifié également, est réduit à l'état de photons, une autre particule élémentaire. Bien que le photon soit beaucoup plus fondamental, beaucoup plus élémentaire, que l'atome, il n'en reste pas moins que c'est le même procédé hypothético-déductif qui nous amène à considérer l'existence de toutes ces particules. Et ce sont les grecs qui à l'époque antique on définie l'atome de cette manière, et donc l'on découvert d'une certaine façon, simplement en optant pour une thèse philosophique moins risquées et moins exigeante vis à vis de la nature, que sa négation. La question posée était « Pouvons nous diviser indéfiniment la matière sans que celle-ci ne change de nature ? ». Il s'avère que l'hypothèse de finitude du processus de division est beaucoup moins exigeante pour la nature que celle de l'infinitude du processus de division, l'existence de cette infinitude étant une méga-hypothèse aux conséquences impondérables.

Un objet en mathématique est quelque chose de beaucoup plus générale qu'un système physique, car l'objet n'est pas obliger de respecter une liste de principes. L'objet mathématique doit pouvoir être traité mathématiquement, c'est à dire s'inscrire dans un processus hypothético-déductif construisant des théories relatives à l'objet. A part cette périssologie, nous ne pouvons pas aller plus loin sans prendre le risque de nous mettre des oeillères. L'objet reste la première pierre, la première hypothèse d'une construction, l'hypothèse qui rend une construction possible, et ce choix ne semble pas être restreignable sans prendre le risque de brider la liberté consubstantielle des mathématiques.

3) Axiomatique du langage d'opérateurs

Nous construisons un cadre pour notre langage d'opérateurs en faisant le moins de choix arbitraires possibles. Ou plus exactement, on fait des choix les plus généraux possibles afin d'en minimiser l'arbitraire.

Nous rendons explicite ce qui est implicite, et nous définissons le langage nécessaire pour formuler problèmes et hypothèses. Puis introspectivement, différentes hypothèses incompatibles apparaissent d'elles-mêmes que nous pouvons alors explorer comme autant de voies.

L'analyse va faire émerger un certain nombre de concepts. Et ces concepts deviendront l'objet d'une axiomatique. Les constructions mathématiques concernant le squelette du langage devront respecter le principe constructif, c'est à dire devront s'apparenter à la construction d'une machine, sans pour autant que les objets désignés par le langage ne soient nécessairement soumis à cette logique. Cette méthodologie permet de dévoiler les secrets du calcul logique intuitionniste dans toute sa généralité.

Pour aborder cette axiomatisation, on traitera à part le cas de la présentation singleton, constitué du seul opérateur `alpha`. On étudira d'abord les présentations finis c'est à dire contenant un nombre fini d'opérateurs générateurs. Puis on verra plus-tard comment étendre l'axiomatique au cas des présentations infinis énumérables, en remplaçant les énumérations infinis par les programmes qui les énumèrent.

Il y a une distinction importante entre le choix d'une construction et une hypothèse. Le choix d'une construction est toujours vrai (selon la mécanique classique), tandis qu'une hypothèse peut-être fausse. Le procédé de construction de notre langage d'opérateurs que nous choisissons est l'emboitement totalement libre. La description de ce langage d'opérateurs se formalise en 4 axiomes :

Intitulé
de l'axiome
Axiome
1
Opérateur :
Tout opérateur est un identifiant et possède un nom unique sous forme d'un caractère.
2
Terme :
Tout opérateur est un terme.
3
Composition :
Tout terme peut s'appliquer à toute liste finie non vide de termes appelés opérandes pour produire un terme appelé résultat.
4
Evaluation :
L'application d'un terme à une listes finie non vide d'opérandes produit un terme résultat qui est l'emboitement du terme initial appliqué à la liste de ses opérandes.

L'axiome n°1 affirme que le nom d'un opérateur est un caractère. C'est le premier axiome car on ne peut rien énoncer si l'on n'a pas de nom. Les opérateurs en question sont les opérateurs générateurs énumérés dans la présentation du langage.

L'axiome n°2 permet au langage de se déployer avec un niveau de généralité plus grand. On doit pouvoir évoquer des objets plus généraux autres que ceux posés initialement d'où cet axiome. Les opérateurs du langage sont les éléments de base permettant de construire des objets plus généraux appelés termes, et l'on énumère les lois s'appliquant à ces objets plus généraux incluant les opérateurs.

La réciproque est fausse. La transformation d'un terme en un opérateur nécessite une opération de nommage afin de donner un nom pour ce nouvel opérateur et de l'ajouter à la présentation du langage.

L'axiome n°3 définie les possibilités de production des termes, c'est à dire définie la composition totalement libre. Le nombre d'opérandes est fini et non vide, et le résultat est constitué d'un seul terme. Le terme doit pouvoir être énoncé complètement dans son fonctionnement d'où la contrainte d'un nombre fini d'opérandes et de résultats. Et le résultat n'est composé que d'un terme car s'il était composé de plusieurs termes on pourrait le simplifier en plusieurs termes plus simples ne produisant qu'un terme à la fois. L'axiomatique définie les objets les plus simples qui permettent de construire les autres objets. (Néanmoins la question se reposera lorsqu'on s'intéressera à la complexité de calcul des termes.).

On remarquera que l'application d'un terme à une liste vide n'est pas autorisée. Cette possibilité n'est pas retenue car le langage n'est pas un langage de listes. Intuitivement une liste d'opérandes ne doit pas être vide. Mais il est possible d'ajouter cette possibilité qui n'apporte néanmoins pas grand chose. On modifie l'axiome n°3 en : Tout terme peut s'appliquer à toute liste finie de termes appelés opérandes pour produire un terme appelé résultat. Le principe d'un terme est d'apporter une quantité d'information suffisante pour désigner un élément. Et cette information passe par les éléments. On fait ici une interprétation orienté théorie de l'information. Si on l'applique à aucun opérande, on ne lui apporte aucune autre information et le résultat ne peut être que le terme initiale lui-même. C'est pourquoi, par soucis de simplification, on rend aussitôt caduc cette nouvelle liberté en posant l'axiome d'identité suivant, axiome n°4bis : Tout terme appliqué à une liste vide retourne lui-même comme terme résultat. On range cet axiome avec l'axiome n°4 car il concerne l'évaluation des termes.

L'axiome n°4 affirme que le résultat de la composition est l'expression telle qu'elle de la composition. Ainsi est-on assuré qu'il n'y a aucune perte d'information. Par exemple le terme `x` appliqué aux termes `y, z` produit le terme résultat `x(y,z)`. L'axiome n°4 affirme que la composition correspond à l'emboitement et qu'aucune simplification n'est opérée après. L'axiome n°4 affirme ainsi que le langage n'exprime que lui-même, ou que les termes du langage désigne les éléments d'une structure libre selon son langage, ou autrement dit, que deux termes distincts désignent nécessairement deux éléments distincts.

Si on retire l'axiome n°4 alors on obtient l'axiomatique des structures. Les langages ne sont que des structures particulières dites libres. Dans les structures, tous les éléments peuvent être rendus égaux en propriété, toute distinction entre opérateur et terme peut être effacée, tous les éléments peuvent être rendus décomposables.

4) Les trois pans du langage

Le langage est au départ de toute chose. Comment définir un langage ? Comment définir une construction de la façon la plus générale possible ?. Nous n'avons pas de solution exacte à cette question, mais déja une réponse extrêmement générale apparaît, qu'est le langage d'opérateurs.

Chaque terme du langage désigne un élément. Les termes sont regroupés dans le langage, tandis que les éléments sont regroupés dans la structure. Concrètement, il existe un constructeur capable de construire à partir d'un terme, l'élément qu'il désigne. On sépare ainsi le langage, de la structure, afin que le langage serve à exprimer autre chose que lui-même, en introduisant des égalités entre termes. Il existe un programme qui énumére tous les termes et donc tous les éléments, et qui constitue donc un énumérateur de la structure.

Le langage d'opérateurs constitue un premier langage dit langage de données capable de désigner tous les éléments de la structure. La distinction entre éléments et termes est nécessaire pour enlever toute distinction entre les éléments provenant de l'ordre de construction des termes. Autrement dit, les éléments sont les termes en faisant abstraction de l'ordre dans lequel ils ont été construit.

L'ensemble des termes du langage est énumérable par principe de construction. L'énumération de tous les termes du langage nécessite un programme, qui est par principe de taille finie, et qui est écrit dans un langage de programmation et éxecuté par une machine de Turing de mémoire non bornée mais initialisée à vide. Le langage d'opérateurs engendre ainsi un second langage dit langage de programmation capable de programmer des calculs. Il s'obtient en agrémentant le langage d'opérateurs de quelques opérateurs spéciaux et d'une matrice physique permettant d'implémenter la mémoire, et permettant en quelque sorte la construction de machines. Dans ce langage, les opérateurs variables prennent un sens particulier. Ce sont des mémoires informatiques capable de mémoriser tout terme.

Puis pour rompre l'identité entre la structure et son langage, sans sortir du pouvoir d'expression du langage, on introduit les théories d'égalités entre termes. Le langage d'opérateurs engendre alors un troisième langage dit langage de propriété capable d'écrire des théories d'égalités. Il s'obtient en agrémentant le langage d'opérateurs de quelques opérateurs spéciaux et d'une matrice logique permettant un raisonnement logique. Dans ce langage, les opérateurs variables prennent un sens particulier. Ils désignent tous les termes qui leurs sont unifiables. Ce sont des variables universelles.

La structure regroupe ces trois pans du langage que sont ; le langage de données pour désigner ses éléments, le langage de programmation pour programmer un énumérateur de ses éléments, programmer son construteur et programmer son démonstrateur, et le langage de propriété pour exprimer sa théorie. Cette trilogie forme la clef de voute de la structure et fonde la théorie constructives des ensembles qui constitue une alternative à la théorie des ensembles de Zermelon.

5) Structure

Une structure est un ensemble d'éléments `S` munie d'une loi de composition interne, c'est à dire d'une application de `S×S"*"->S` qui détermine toutes les compositions d'éléments dans `S`. Par défaut les lois de composition d'une structure sont internes à la structure, et donc il n'est pas besoin de mentionner le qualificatif interne à chaque fois.

Le symbole `"*"` est le symbole de Kleene. `S"*"` est l'ensemble des suites finies d'éléments de `S` et qui comprend la suite vide.

`S"*" = S^0uuS^1uuS^2uuS^3uu...`
`S"*" = uuu_(n=0)^ooS^n`

On représentera `S"*"` aussi par une suite de `3` produits avec ellipse, mais cette notation dite avec ellipse devra être employée avec prudence :

`S"*" = S"×"S"×"S"×"...`

`S^0` est le singleton contenant la suite vide. `S^1` est égale à `S`, et contient les suites à un élément. Autrement dit, il n'y a pas de distinction entre la suite d'un élément et l'élément lui-même. Cela s'explique par le choix du langage d'opérateurs que nous avons fait.

`S^0 ={( )}`
`S^1=S`
`S^2=S"×"S`
`S^3=S"×"S"×"S`

Il faut alors rappeler l'axiome 4bis des langages d'opérateurs. L'application d'un terme à une liste vide d'opérande retourne le terme initial comme résultat :

`AA x "∈"S,  x( )=x`

Ce choix est dicté par une interprétation orientée théorie de l'information de notre langage d'opérateurs. Les termes opérandes apportent l'information qui commande la transformation. Pas d'opérande, pas de transformation.

On désigne par `a` un élément quelconque de `S`. On désigne par `b"*"` un élément quelconque de `S"*"`, c'est à dire que `b"*"` est une suite finie quelconque d'éléments de `S`, que l'on représente aussi par une suite de trois variables avec ellipse telle que :

`b"*" = (b,c,d,...)`

Notez que `b` et `b"*"` sont deux variables distinctes. L'étoile compléte le nom de la variable en précisant son type, à savoir si c'est un élément ou une liste finie d'éléments.

On construit des suites d'éléments par concaténation. Ainsi la suite `(a,b"*")` représente une suite quelconque d'élément de `S` contenant au moins un élément.

La loi de composition de la structure `S` se définie comme suit, en notation exacte :

`S : ((S"×"S"*"->S),((a,b"*")|->a(b"*")))`

et en notation avec ellipse :

`S : ((S"×"S"×"S"×"S"×"...->S),((a,b,c,d,...)|->a(b,c,d,...)))`

La loi de composition a aussi une autre forme qui s'applique à chaque élément, en notation exacte :

`S : ((S->(S"*"->S)), (a|->(b"*" |->a(b"*"))))`

et en notation avec ellipse :

`S : ((S->(S"×"S"×"S"×"...->S)), (a|->((b,c,d,...) |->a(b,c,d,...))))`

Et on utilise la même lettre que la structure pour désigner ces deux applications. Pour les distinguer, on utilise la notation française pour l'application `S : ((S->(S"*"->S))`, faisant que `a_S = S(a)` et on garde la notation anglaise pour l'application `S : (S"×"S"*"->S)`. Ainsi nous avons :

`AA a "∈" S, AAb"*∈" S"*",  S(a,b"*") = a_S(b"*") = a(b"*")`

et en notation avec ellipse :

`AA(a,b,c,d,...) "∈" S"×"S"×"S"×"S"×"...,  S(a,b,c,d,...) = a_S(b,c,d...) = a(b,c,d,...)`

Et d'un point de vue élémentarien, qui grosso modo évacue la puissance du continu, il est sous entendu que cette application est totalement calculable. La structure admet donc au moins un ensemble énumérable d'éléments générateurs et sa définition rejoint ainsi une autre définition de la structure qu'est sa définition constructive et que nous verrons plus loin.

Le type d'une structure est son nombre minimal de générateurs. Une structure est dite :

Etant donné des éléments `x,y,z`. On note `x(y,z)` la composition de `x` appliqué aux opérandes `y,z` dans la structure les contenant. Mais s'ils sont membres de plusieurs structures alors il est nécessaire de préciser dans quelle structure à lieu la composition. Cela se fait en mettant en indice le nom de la structure et qui est le même que le nom de la loi de composition. Par exemple :

`(x,y,z) in S^3`
`(x,y,z) in K^3`

`x_S(y,z)` est la composition de `x` appliqué aux opérandes `y,z` dans la structure `S`
`x_K(y,z)` est la composition de `x` appliqué aux opérandes `y,z` dans la structure `K`

Cela correspond également à la notation d'application à la française

`S(x)=x_S`
`K(x)=x_K`

où l'application `S`, qui a le même nom que la structure `S`, appartient à `S->(S"*"->S)` et constitue la loi de composition de la structure. Et de même pour `K` qui appartient à `K->(K"*"->K)`.

Par défaut la composition de `x(y,z)` mise en oeuvre sera celle de la structure que le contexte attribut au 3 éléments `x,y,z`. Cela est plus précis que le simple fait d'appartenir à la structure, et cela inclut le typage par infèrence dépendant des déclarations locales formant divers contextes emboités, et non de l'appartenance réel ou supposée à une structure, une somme de techniques orientées objet et fonctionnelles utilisées couramment dans la programmation que nous détaillerons au cas par cas à l'usage.

6) L'engendrement

Considérons par exemple des éléments `f,g,h` appartenant à une structure `S`. La clôture par composition de l'ensemble de ces trois éléments `f,g,h` se note en les plaçant entre crochets `"<"f,g,h">"`. C'est l'ensemble de tous les éléments engendrés par `{f,g,h}`.

Pour simplifier les notations, étant donné un ensemble quelconque inclus dans la structure, par exemple `A={f,g,h}`, on considère égal `"<"f,g,h">"` = `"<"{f,g,h}">"` = `"<"A">"`, de telle sorte qu'un ensemble d'éléments `A` placé entre crochets `"<"A">"` est interprété en le remplacant par son contenu. Néanmoins si `A` s'avérait être aussi un élément de la structure, alors il faudra lever l'ambiguité en adoptant une notation explicite, en utilisant le symbole arobase `"@"` pour désigner le contenu de l'ensemble. Ainsi nous aurions `"<"f,g,h">"` = `"<@"{f,g,h}">"` = `"<@"A">"`. Mais dans la suite de notre discution, ce cas ne se produira pas.

Étant donné un ensemble `A` inclus dans `S`, la clôture par composition de `A` se note `"<"A">"` et regroupe tous les éléments engendrés par `A` tandis que son complémentaire `S"-""<"A">"` regroupe tous les éléments non engendrés par `A`.

Une structure `K` est une sous-structure de `S` si et seulement si elle est incluse dans `S` et que sa loi de composition est égale à celle de `S` restreinte à `K`, et cela se note `K⊑S`. Ainsi, l'ensemble des sous-structure de `S` se note `{K "/" K"⊑"S}`. Les sous-structures sont les clôtures par composition des sous-ensembles, ce qui se note par :

`{K "/" K"⊑"S} = {"<"A">" "/" A"⊆"S}`

La clôture par composition `"<"A">"` constitue une sous-structure de `S`. C'est aussi l'unique plus petite sous-structure de `S` contenant `A`.

`"<"A">" = "@min" {K "/" A"⊆"K"⊑"S}`

L'opérateur `"min"` appliqué à une famille d'ensembles, retourne la sous-famille des ensembles minimaux par inclusion. L'arobase est utilisé pour convertir un ensemble par son contenue. Ici, l'ensemble en question étant un singleton, l'arobase convertie le singleton en l'élément qu'il contient.

7) L'indépendance

Le langage d'opérateurs replace au centre des préoccupations mathématiques les deux notions clefs que sont la liberté des éléments et l'égalité des éléments, et permet de définir une troisième notion aussi importante que chacune des deux premières, qu'est l'indépendance des éléments.

On considère que des éléments sont indépendants entre eux si la sous-structure qu'ils engendrent ne peut pas être engendrée en en retirant un. Chaque élément doit apporter une contribution nécessaire. Un ensemble `A` d'éléments est dit indépendant si et seulement si aucun de ses éléments n'est engendré par les autres. Sinon on remarque que l'on pourrait enlever cet élément `x` qui est engendré par les autres, sans que cela ne change la sous-structure engendrée

`x "∈<"A"-"{x}">"   <=>   "<"A">=<"A"-"{x}">"`

Etant donné une structure `S`. L'ensemble des parties de `S` se note `ccP(S)`.

On appelle une famille ou famille d'ensembles, un ensemble d'ensembles. Et on appelle membre d'une famille les ensembles qui appartiennent à la famille en question. Les ensembles considérés sont les parties de `S`. Les familles considérées sont les parties de `ccP(S)`. On définie parmis l'ensemble de toutes les familles `ccP(ccP(S))`, les familles suivantes :

La famille des générateurs se note `bbbG`. Un ensemble est dit générateur s'il engendre la structure `S` par clôture par composition.

`bbbG = {AsubeS "/" "<"A">" = S}`

La famille des dépendants se note `bbb"D"`. Un ensemble est dit dépendant s'il possède un élément qui peut être engendré par les autres.

`bbb"D" = {AsubeS "/" EEx "∈" A, x "∈<"A"-"{x}">"}`

La famille des indépendants se note `bbb"I"`. Un ensemble est dit indépendant si aucun de ses éléments ne peut pas être engendré par les autres.

`bbb"I" = {AsubeS "/" AAx "∈" A, x"∉<"A"-"{x}">"}`

La familles des bases se note `bbb"B"`. Une base est un ensemble qui est à la fois un générateur et un indépendant.

`bbbB = bbbI nn bbbG`

Récapitulatif :

On dit alors qu'un élément `e` est dépendant d'un ensemble `A` si et seulement si `e` appartient à `A` ou bien que `A+{e}` constitue un ensemble dépendant. Autrement dit `e` est dépendant de `A` si et seulement si `e` est engendré par `A` ou s'il existe un élément `a` de `A` qui est engendré par `A-{a}+{e}`. La relation de dépendance entre un élément `x` est un ensemble `A` se note `x"←"A`. C'est une relation plus large que la relation d'engendrement :

`x"∈<"A">"    =>    x"←"A`

Et par négation, on dit qu'un élément `e` est indépendant d'un ensemble `A` si et seulement si `e` n'appartient à `A` et que `A+{e}` constitue un ensemble indépendant. Autrement dit `e` est indépendant de `A` si et seulement si `e` n'est pas engendré par `A` et qu'aucun élément `a` de `A` n'est engendré par `A-{a}+{e}`. La relation d'indépendance entre un élément `x` est un ensemble `A` se note. C'est une relation plus fine que la relation de non engendrement :

`x"↚"A   =>    x"∉<"A">"`

8) Matroïde

Le matroïde est une structure logique formelle, introduite par H. Whitney en 1935, qui généralise la relation de dépendance linéaire en ne retenant que ses propriétés ensemblistes, à savoir, les 3 propriétés suivantes définissant la famille des ensembles indépendants :

  1. L'ensemble vide est un indépendant
  2. Tout ensembles inclus dans un indépendant est indépendant
  3. Si un indépendant est de cardinal plus grand qu'un autre indépendant alors il possède au moins un élément qu'il peut lui donner pour constituer un indépendant plus grand.

Le matroïde est définie par un couple `(E,bbbI)`. Il comprend un ensemble sous-jacent `E`, et une famille d'ensembles `bbbI` appartenant à `ccP(ccP(E))` qui regroupe tous les indépendants. La relation de dépendance du matroïde se définie de `E` vers `ccP(E)`. Un élément `x` est dépendant d'un ensemble `A`, notée `x"←"A` , si et seulement si il appartient à `A` ou bien `A"+"{x}` est dépendant :

`x"←"A    <=>    x"∈"A "ou" (A"+"{x})"∉"bbbI`

`(S, bbbI)` est un matroïde si et seulement si il vérifie :

 `Ø "∈" bbbI`
`AAX AAY,  (X "∈" bbbI" et "Y"⊆"X)   =>   Y"∈"bbbI`
`AAX AAY,  (X"∈" bbbI" et "Y "∈" bbbI" et "|X|">"|Y|)  =>   (EEe,  e"∈"X" et "e "∉"Y" et "Y"+"{e}"∈"bbbI)`

Dans l'expression de ces 3 propriétés, les quantifications couvrent `ccP(S)` lorsque la variable est en majuscule, et couvrent `S` lorsque la variable est en minuscule. Autrement dit, les variables majuscules `X` et `Y` sont des parties de `S` et la variable minuscule `e` est un élément de `S`.

Dans une structure quelconque `S`, la relation de dépendance est dite génétique si et seulement si elle coïncide avec la relation d'engendrement :

`AAx"∈"S AAA"∈"ccP(S),  x"←"A  <=>  x"∈<"A">"`

C'est à dire si et seulement si pour tout élément `x"∈"S` et pour tout ensemble `A"∈"ccP(S)`, l'élément `x` est dépendant de `A` si et seulement si il est engendré par `A`. La relation de dépendance est génétique si et seulement si dans tout ensemble dépendant, chaque élément est engendré par les autres :

`AA A"∈"ccP(S), (EEx"∈"A,  x"∈<"A">") => (AAx"∈"A,  x"∈<"A">")`

Dans une structure `S`, la relation de dépendance est génétique si et seulement si la relation de dépendance est celle d'un matroïde `(S, bbbI)`.

`AA A"∈"ccP(S), (EEx"∈"A,  x"∈<"A">") => (AAx"∈"A,  x"∈<"A">")`

`<=>`

`(S, {AsubeS "/" AAx "∈" A,   x"∉<"A "-"{x}">"})` est un matroïde

Du point de vue élémentarien, tous les matroïdes peuvent se définir ainsi. Il existe un moyen de construire une structure à partir d'un matroïde `(E,bbbI)`, c'est à dire de construire une loi de composition de `E×E"*"->E` telle que `bbbI = {AsubeE "/" AAx "∈" A,  x"∉<"A"-"{x}">"}`

9) Opérations sur les familles

On appelle une famille ou famille d'ensembles, un ensemble d'ensembles. Et on appelle membre d'une famille les ensembles qui appartiennent à la famille en question. Les ensembles considérés sont les parties de `S`. Les familles considérées sont les parties de `ccP(S)`. On utilise couramment 6 opérateurs sur `ccP(ccP(S))` dont voici une courte description.

Étant donné une famille quelconque `bbbF` :

La famille `"sup"(bbbF)` regroupe tous les ensembles contenant au moins un membre de `bbbF`. C'est la clôture par agrandissement de `bbbF`. Une famille invariante par l'opérateur `"sup"` est dite close par agrandissement.

La famille `"sub"(bbbF)` regroupe tous les ensembles contenus dans au moins un membre de `bbbF`. C'est la clôture par inclusion de `bbbF`. Une famille invariante par l'opérateur `"sub"` est dite close par inclusion.

La famille `"max"(bbbF)` regroupe les membres maximaux c'est à dire qui ne sont contenues strictement par aucun membre. C'est la maximalisation de `bbbF`. Une famille invariante par l'opérateur `"max"` constitue une frontière.

La famille `"min"(bbbF)` regroupe les membres minimaux c'est à dire qui ne contiennent strictement aucun membre. C'est la minimalisation de `bbbF`. Une famille invariante par l'opérateur `"min"` constitue également une frontière.

La famille `"¬"(bbbF)` regroupe les ensembles qui ne sont pas membres de `bbbF`. C'est la négation de `bbbF`.

La famille `"∁"(bbbF)` regroupe toutes les négations de ses membres. C'est le complément de `bbbF`.

Récapitulatif :

Opération
Description
Définition formelle de l'opération
`"sup"(bbbF)`
Clôture par agrandissement. `"sup"(bbbF) = {X "/" EEA"∈"bbbF, A"⊆"X}`
`"sub"(bbbF)`
Clôture par inclusion. `"sub"(bbbF) = {X "/" EEA"∈"bbbF, X"⊆"A}`
`"max"(bbbF)`
Maximalisation `"max"(bbbF) = {X "/" X"∈"bbbF "et" AAF"∈"bbbF, X"⊄"F}`
`"min"(bbbF)`
Minimalisation `"min"(bbbF) = {X "/"  X "∈"bbbF "et" AAF"∈"bbbF, F "⊄"X}`
`¬(bbbF)`
Négation `"¬"(bbbF) = {X "/" X "∉"bbbF}`
`"∁"(bbbF)`
Complément `"∁"(bbbF) = {E"-"X "/" X "∈"bbbF}`
 
Propriété
Description
Définition formelle de la propriété
`bbbF "=sup"(bbbF)`
Clos par agrandissement `AAX "∈" bbbF, AAY"/"X"⊆"Y, Y"∈" bbbF`
`bbbF "=sub"(bbbF)`
Clos par inclusion `AAX "∈" bbbF, AAY"/"Y"⊆"X, Y"∈" bbbF`
`bbbF "=max"(bbbF)`
Frontière `AAX"∈"bbbF,AAY"∈"bbbF,X"⊄"Y`
`bbbF "=min"(bbbF)`
Frontière `AAX"∈"bbbF,AAY"∈"bbbF,X"⊄"Y`

Notez que `AA Y` signifie `AA Y"⊆"S`.

Notez que le symbole `"⊂"` dénote l'inclusion stricte et donc que nous avons `AA Y, Y "⊄"Y`.

Nous avons les propriétée suivantes :

10) Morphisme

L'élément est plus générale que le terme. Le terme désigne l'élément. Le terme fait parti d'un langage. L'élément fait partie d'une structure. Le langage est une structure particulière dite libre. L'application, qui associe chaque terme à l'élément qu'il désigne, possède une propriété remarquable. Elle respecte les lois de composition. C'est à dire qu'une composition d'éléments désignés par des termes produira l'élément désigné par le terme résultat de l'emboitement des termes correspondants. Les applications entre deux structures, qui respectent les lois de composition, sont appellées des morphismes.

Un morphisme `f` est une application de `S->K`, où `S` et `K` sont deux structures quelconques, qui respecte les lois de compositions respectives c'est à dire :

`AA a"∈"S, AAb"*∈" S"*", a_S(b"*") = f(a)_K(f(b"*"))`

Et on le note sans répéter les noms des lois de compositions qui sont déterminés sans ambiguités par le contexte :

`AA a"∈"S, AAb"*∈" S"*", a(b"*") = f(a)(f(b"*"))`

Ou en notation avec ellipse :

`AA(a,b,c,d,...)"∈" S"×"S"×"S"×"S"×"..., a(b,c,d,...) = f(a)(f(b),f(c),f(d),...)`

Notez que `f` appartient à `S->K`, et donc que `f(b"*")` est interprété spécifiquement comme suit :

`AA(b,c,d,...)"∈" S"×"S"×"S"×"...,  f(b,c,d,...) = (f(b),f(c),f(d),...)`

Si le morphisme est injectif c'est à dire tel que :

`AA (a,b)"∈"S^2,  a"≠"b => f(a)"≠"f(b)`

Alors il constitue un plongement. C'est une forme abstraite d'inclusion. `S` est isomorphe à `f(S)` qui est une sous-structure de `K`. Ce qui se note :

`S↪_fK`

ou aussi :

`S~=f(S)subeK`

La notation pour désigner les différents types d'ensembles de morphismes est la même que celle pour désigner les différents types d'ensembles d'applications. Il est laissé au contexte le soin de lever l'ambiguité à savoir si on parle d'ensemble de morphismes ou d'ensemble d'applications. Ainsi, si `A` et `B` sont chacun muni d'une loi de composition, ou autremement dit, si `A` et `B` sont deux structures, alors nous avons :

Symbole
Bisymbole
Nom
Nom morphique
`A->B`
`A "=×" B`
Application
Morphisme
`A->>B`
`A "=>" B`
Surjection
Constructeur
`A↪B`
`A "=:" B`
Injection
Plongement
`A~=B`
`A "==" B`
Bijection
Ismorphisme

`A->B` désigne l'ensemble des morphismes de `A` vers `B`.
`A->>B` désigne l'ensemble des constructeurs de `A` en `B`.
`A↪B` désigne l'ensemble des plongements de `A` dans `B`.
`A~=B` désigne l'ensemble des isomorphisme de `A` sur `B`.

11) Relation

Une relation `R` de `A` vers `B` est une partie de `A×B`. Si `A` et `B` sont deux structures, alors on définie la structure produit `A×B` avec la loi de composition suivante :

`(a_0,b_0)((a_1,b_1),(a_2,b_2),(a_3,b_3),...) = (a_0(a_1,a_2,a_3,...), b_0(b_1,b_2,b_3,...))`

La clôture par composition dans la structure `A×B` de `R`, que l'on note `"<@"R">"`, constitue une relation morphique.

Une relation `R` de `A` vers `B` est dite morphique, si est seulement si elle constitue un ensemble clos par composition dans `A×B`, c'est à dire, si et seulement si elle vérifie :

`AAa"∈"A,AAa"*∈" A"*", AAb"∈"B,AAb"*∈" B "*",`
       `(aRb" et "a"*"Rb"*")  =>  a(a"*")Rb(b"*")`

Ou en notation avec ellipse :

`AAa"∈"A,AA(a_1,a_2,a_3,...)"∈" A"×"A"×"A"×"..., AAb"∈"B,AA(b_1,b_2,b_3,...)"∈" B"×"B"×"B"×"...,`
       `(aRb" et "a_1Rb_1" et "a_2Rb_2" et "a_3Rb_3" et "...)  =>  a(a_1,a_2,a_3,...)Rb(b_1,b_2,b_3,...)`

Notez que `R` appartient à `A"×"B->{`vrai`, `faux`}`, et donc que `a"*"Rb"*"` est interprété spécifiquement comme suit :

`(a_1,a_2,a_3,...)R(b_1,b_2,b_3,...)  =  a_1Rb_1" et "a_2Rb_2" et "a_3Rb_3" et "...`

La notation pour désigner les différents types d'ensembles de relations morphiques est la même que celle pour désigner les différents types d'ensembles de relations. Il est laissé au contexte le soin de lever l'ambiguité à savoir si on parle d'ensemble de relations morphiques ou d'ensemble de relations.

Notez qu'il ne faut pas confondre la cloture par composition dans `A×B` avec la cloture par composition de relations de l'ensemble `{R}` qui se note `"<"R">"` et qui ne constitue pas une relation mais un ensemble de relations :

`"<"R">"={R,R^2, R^3,...R^n,...}`

Et cela n'a d'intérêt que si `AnnB` n'est pas vide. Pour rappel nous avons :

`R^2 = {(a,b) "/" EEc,  aRc" et "cRb}`

Notez qu'il ne faut pas confondre non plus avec la cloture par composition déterministe de relations qui se note `bar("<"R">")` et qui est égale à l'ensemble des relations suivantes :

`bar("<"R">") ={R,bar(R^2), bar(R^3),...bar(R^n),...}`

Et cela n'a d'intérêt que si `AnnB` n'est pas vide. Pour rappel nous avons :

`bar(R^2) = {(a,b) "/" (EEc, aRc) "et" (AAc, aRc=>cRb)}`

12) Structure libre

Il existe un type de structure particulière qu'est la structure libre, qui coïncide avec le langage d'opérateurs et qui s'obtient grace à la clôture par emboitement. Exemple :

`Omega = {f,g,h}^•`

`Omega` est une structure libre. La loi de composition générale est l'emboitement `Omega`, et c'est un emboitement labelisée `Omega`. De la même façon qu'il est possible de créer des éléments nouveaux, il est possible de créer des structures libres nouvelles sur de mêmes éléments générateurs, utilisant une loi générale de composition différente mais toujours basée sur le même principe de construction par emboitement. La différence tiendra dans le label, dans le nom de la loi et donc dans le nom de la structure qui porte le nom de la loi. Par exemple :

`Phi = {f,g,h}^•`

Ainsi par exemple le terme `f(g)(f,g(h))` se notera explicitement par `f_Omega(g)_Omega(f,g_Omega(h))` ou par `f_Phi(g)_Phi(f,g_Phi(h))` selon que la composition est faite dans `Omega` ou dans `Phi`. Assurement nous aurons :

`{f,g,h}sube Omega nn Phi`

12.1) Les modèles de structures libres

Les structures libres sont complètement caractèrisées à isomorphisme près, par leur nombre minimum de générateurs, c'est à dire leur type, qui peut varier de `1` à `oo` compris. Les structures libres de type `oo` sont engendrée par une suite énumérable de générateurs. Pour chaque type on utilise une structure libre servant de modèle :

`Omega_1 = {1}^•`

`Omega_2 = {1,2}^•`

`Omega_3 = {1,2,3}^•`
`...`
`Omega_oo = NN^•`

12.2) Le constructeur

Quelque soit une structure `n`-gènes `S`, c'est à dire engendré par aux moins `n` générateurs, il existe toujours au moins un morphisme surjectif `s` de la structure libre à `n` générateur `Omega_n` vers `S` que l'on appelle le constructreur de `S` et qui est noté par la même lettre que la structure mais en minuscule. Il associe à chaque entier de `1` à `n`, les `n` générateurs de sa définition constructive.

`s : (({1,2,3,...,n}^•->> S), (1|->s(1)),(2|->s(2)),(3|->s(3)),(...),(n|->s(n)),(x(y"*")|->s(x)(s(y"*"))))`

Dans cette expression, `y"*"` désigne une suite finie d'éléments quelconque de `S`. Nous avons `y"*" = (a,b,c,...)`, et comme `s` appartient à `Omega_n->S`, l'expression `s(y"*")` s'interprète comme étant la suite `(s(a),s(b),s(c),...)`.

On démontre l'existence de ce morphisme surjectif, de la même façon que l'on construit `Omega_n`, c'est à dire de façon récurcive. Ce morphisme surjectif s'appel le constructeur. Chaque structure possède un constructeur qui convertie les éléments de la structure libre en ses éléments. Ce constructeur n'est en général pas unique. La structure libre modèle représente un langage d'opérateurs et constitue le langage de la structure. Les termes du langage sont les éléments de la structure libre modèle. Afin que le langage exprime autre chose que lui-même c'est à dire autre chose qu'une structure libre. On sépare le signifiant, du signifié. On sépare le terme `x` de l'élément qu'il désigne et que l'on note `s(x)`. C'est pourquoi le constructeur `s` porte le même nom que la structure `S` mais en minuscule. Les uns sont regroupés dans le langage, dans son univers `{1,2,3,...,n}^•` qui représente la clôture par emboitement des termes et qui constitue la structure libre modèle, les autres sont regroupés dans une autre structure, la structure liée, dans son ensemble sous-jacent notée `"<"s(1),s(2),s(3),...,s(n)">"` et qui représente la clôture par composition des éléments en son sein.

Et donc à posteriori, quelque soit une structure `n`-gènes `S`, et quelque soit `m>= n`, il existe toujours au moins un morphisme surjectif de `Omega_m->>S`. On appelle également ces morphismes des constructeurs de `S`.

Le constructeur `s` est surjectif, son image couvre son ensemble d'arrrivé. Le constructeur `s` est un morphisme, il respecte les compositions. C'est à dire que pour tout termes `x,y,z,t...` du langage, il respecte cette énumération de propriétés :

`s(x(y)) = s(x)(s(y))`
`s(x(y,z)) = s(x)(s(y),s(z))`
`s(x(y,z,t)) = s(x)(s(y),s(z),s(t))`
`...`

Que l'on note comme suit :

`AAx"∈"Omega_n , AAy"*∈"Omega_n"*",  s(x(y"*")) = s(x)(s(y"*"))`

ou avec ellipse :

`AA(x,y,z,t)"∈"Omega_n"×"Omega_n"×"Omega_n"×"Omega_n"×"...,  s(x(y,z,t)) = s(x)(s(y,z,t))`

Et si `s` est injective, c'est à dire s'il vérifie :

`x!=y  =>  s(x)!=s(y)`

Alors il est bijectif et constitue un isomorphisme. La structure est libre. Deux termes distincts désignent deux éléments distincts. Il n'est donc considéré aucune équivalence entre termes. Autrement dit la théorie d'égalité de la structure est vide. Et la structure est une copie à l'identique de son langage.

13) Simplification du langage d'opérateurs d'arité variable en un langage d'opérateurs d'arité fixe

Le premier moyen de simplification consiste à ne considérer qu'une seul application d'arité variable, une loi de composition générale de la forme `S"*"->S`, et à considérer tous les éléments comme étant passifs c'est à dire d'arité nulle. Ce procédé, même s'il réduit toutes les aplications en une seule, n'est pas très intéressant car l'application restante reste toujours d'arité variables.

L'étude informatique du langage d'opérateurs nous amène à rechercher un codage dense des termes, ce qui est équivalent à rechercher une relation d'ordre totale sur l'ensemble des termes. Et en regardant la syntaxe du langage, on s'aperçoit qu'il existe deux opérations binaires de construction des termes. La première correspond à la virgule et est une opération associative qui construit les listes d'opérandes. Elle ajoute des termes dans une séquence de termes qui doit servir d'opérandes. Et la seconde correspond à l'ouverture d'une parenthèse. C'est l'opération qui applique un terme sur une liste d'opérandes.

Ainsi un second moyen nous est apporté par l'analyse syntaxique du langage. Par le même procédé qui transforme un arbre quelconque en un arbre binaire, on peut redéfinir tout langage d'opérateurs d'arité variable en langage d'opérateurs d'arité fixe comprenant deux opérations que l'on présente sous forme de deux opérateurs binaires `+` et `**` avec comme théorie, l'associativité de l'opérateur `+`

Mais une liste de termes n'est pas un terme et ne fait donc pas partie du langage d'opérateurs. On contourne la difficulté en complétant le langage, en incorporant les listes finies d'au moins deux termes qui ne sont pas des listes, et que nous appellons séquences.

Délors, une séquence telle que par exemple `x,y,z` constitue un terme. Et la composition n'a plus besoin de prendre un nombre variable d'opérandes, un seul suffit, puisqu'il peut être à lui seul une séquence de termes. On définie une nouvelle axiomatique, un nouveau langage qu'est le langage d'opérateurs avec séquences.

14) Langage d'opérateurs avec séquences

L'axiomatique du langage d'opérateurs avec séquences est le suivant :

Intitulé
de l'axiome
Axiome
1
Opérateur :
Tout opérateur est un identifiant et possède un nom unique sous forme d'un caractère.
2
Terme :
Tout opérateur est un terme.
3
Séquence :
Toute liste finie d'au moins deux termes qui ne sont pas des listes forme un terme appelé séquence.
4
Composition :
Tout terme peut s'appliquer sur un terme appelé opérande pour produire un terme appelé résultat.
5
Evaluation :
L'application d'un terme sur une opérande produit un résultat qui est l'emboitement du terme initial appliqué au terme opérande.

L'axiomatique du langage d'opérateurs avec séquences s'obtient à partir de l'axiomatique du langage d'opérateurs en ajoutant un axiome, celui permettant de créer des séquences, et en modifiant l'axiome de composition rendant toute composition binaire, d'un terme appliqué à un terme.

 

------- 17 septembre 2017 -------

 

 

 

 

On définie l'opérateur binaire `**` qui applique un terme sur un autre, et l'opérateur binaire `+` qui construit les séquences de termes. Ainsi nous avons par exemple en considérant trois termes quelconque `x,y,z` :

`x**y= x(y)`
`(x**y)**z = x(y)(h)`
`x**(y**z) = x(y(h))`
`x**(y+z) = f(y,z)`
`(x+y)**z = (x,y)(z)`

Notez qu'une séquence d'un seul élément est égale à l'élément qu'il contient. Et que la séquence de plusieurs séquences est égale à la concaténation des séquences. De tel sorte qu'il existe une valuation entière qui asocie à chaque élément, la taille de la séquence applatie qu'il représente.

L'opérateur `+` est associatif :

`AA x,y,z "∈" S^3,  (x"+"y)"+"z=x"+"(y"+"z)`

Le langage d'opérateurs avec séquences de présentation `L` se notera par `L^frs`. Ce langage est plus générale que le premier puisqu'il le contient. Tout se passe comme si nous avions ajouté un nouvel opérateur générateur `frs` pour construire les séquences et que nous avions adopté les axiomes suivants qui caractérise cet opérateur :

`AAx,  frs(x)"="x`
`AAxAAy"*",  x(frs(y"*"))"="x(y"*")`

Conclusion le langage `L^frs`, peut s'obtenir comme une structure à partir du langage `(Luu{frs})^•`, en le quotientant par la théorie `{`AAxAAy"*",  frs(x)"="x`, x(frs(y"*"))"="x(y"*")}`. Ainsi il existe un traducteur que l'on note par une barre et qui est une application de : `(Luu{frs})^•->L^frs`

 

 

 

----- 12 Août 2017 -----

 

 

 

 

 

Par exemple Etant donné x,y,z des termes de L^

`bar(s(x,y,z) ) = (barx,bary,barz)
`psi( x(y) ) = psi(x)(s(psi(y)))
`psi(

`L^¤ = L^• "/" {AAxAAy"*", x(y"*") "=" x(s(y"*"))}`

Puis on établit une autre traduction entre ce langage `L^¤` et le langage d'arité fixe de présentation suivante :

`<f, g, h, **"(.,.)", +"(.,.)"> "/" {"+"` est associatif`}`

ou bien de façon précise :

`{f_E, g_E, h_E, **_((E,E)"→"E), ⊕_((E,E)"→"E)} "/" {+` est associatif`}`

ou bien de façon encore plus explicite :

`{f,g,h,**,+} "/" {`
        `f "∈" E, `
        `g "∈" E, `
        `h "∈" E, `
       `** "∈" (E,E)"→"E, `
        `+ "∈" (E,E)"→"E, `
        `AA(x,y,z) "∈" E ^3 (x"+"y)"+"z"="x"+"(y"+"z)
`}`

Remarquez que dans la présentation d'une structure, on place la théorie au dénominateur. Et il y a deux niveaux de théorie, celle propre au langage qui décrit plus ou moins explicitement la dynamique de construction du langage et celle propre à la structure qui établit les égalités entre termes du langage.

Par exemple le terme (x,y,z(x))(x,y(y)) appartenant à L^¤ où x,y,z sont des termes L^¤, se traduit en le terme (x+y+(z**x))**(x+(y**y)) où x,y,et la traduction constitue une bijectionL^¤

 

 

 

 

Une présentation de structure regroupe une présentation d'un langage et une théorie d'égalité. En ce sens, une structure est un objet plus complet qu'un langage. Une structure comprend un langage. On évoquera souvent le langage d'une structure. Parcontre si on évoque la structure d'un langage, cela correspondra précisement à la structure composé de la présentation de ce langage et de la théorie d'égalité vide.

La présentation de la structure décrite précédement correspond à :

`{f_E, g_E, h_E, **_((E,E)"→"E), ⊕_((E,E)"→"E)} "/" {`
        `f"⊕"x=fx,`
        `g"⊕"x=gx,`
        `h"⊕"x=hx`
`}`

ou bien de façon explicite :

`{f,g,h,**,+} "/" {`
        `f "∈" E, `
        `g "∈" E, `
        `h "∈" E, `
       `** "∈" (E,E)"→"E, `
        `+ "∈" (E,E)"→"E, `
        `AAx"∈" E, f"⊕"x=fx`
        `AAx"∈" E, g"⊕"x=gx`
        `AAx"∈" E, h"⊕"x=hx`
`}`

 

 

 

On étend le langage d'opérateurs aux liste non vide de termes.

 

 

Prenons par exemple le langage de présentation suivante :

`{f _(E uu E×E*"→"E), g_(E uu E×E*"→"E), h_(E uu E×E*"→"E)}`

ou bien de façon explicite :

`{f,g,h} "/" {f "∈" E^"+""→"E, g "∈" E^"+""→"E, h "∈" E^"+""→"E}`

Ce langage d'opérateurs d'arité variable peut être remplacé avantageusement par une structure basée sur un langage d'arité fixe comme suit : On définie l'opérateur binaire `**`, noté par absence de symbole, qui applique un terme sur un autre, et l'opérateur binaire `⊕` qui ajoute une opérande dans un terme appliqué à une liste d'opérandes. Ainsi nous avons par exemple :

`fg= f(g)`
`f(g)h = f(g)(h)`
`f(g)"⊕"h = f(g,h)`

On remarque que l'opération `f"⊕"g` n'est pas définie, et on la définie égale à `f(g)` pour que cela corresponde à l'ajout d'une opérande à la liste vide d'opérande d'un opérateur. Et donc on la définie égale à `fg`. Le cas se produit à chaque fois que le premier opérande de `"⊕"` est un opérateur générateur. Ainsi quelque soit deux termes `x,y` du langage, si `x` est un opérateur générateur alors `x"⊕"y=xy`. La présentation du langage d'opérateurs correspondante est :

`{f_E, g_E, h_E, **_((E,E)"→"E), ⊕_((E,E)"→"E)}`

ou bien de façon explicite :

`{f,g,h,**,+} "/" {`
        `f "∈" E, `
        `g "∈" E, `
        `h "∈" E, `
       `** "∈" (E,E)"→"E, `
        `+ "∈" (E,E)"→"E, `
`}`

Une présentation de structure regroupe une présentation d'un langage et une théorie d'égalité. En ce sens, une structure est un objet plus complet qu'un langage. Une structure comprend un langage. On évoquera souvent le langage d'une structure. Parcontre si on évoque la structure d'un langage, cela correspondra précisement à la structure composé de la présentation de ce langage et de la théorie d'égalité vide.

La présentation de la structure décrite précédement correspond à :

`{f_E, g_E, h_E, **_((E,E)"→"E), ⊕_((E,E)"→"E)} "/" {`
        `f"⊕"x=fx,`
        `g"⊕"x=gx,`
        `h"⊕"x=hx`
`}`

ou bien de façon explicite :

`{f,g,h,**,+} "/" {`
        `f "∈" E, `
        `g "∈" E, `
        `h "∈" E, `
       `** "∈" (E,E)"→"E, `
        `+ "∈" (E,E)"→"E, `
        `AAx"∈" E, f"⊕"x=fx`
        `AAx"∈" E, g"⊕"x=gx`
        `AAx"∈" E, h"⊕"x=hx`
`}`

Remarquez que dans la présentation d'une structure, on place la théorie au dénominateur. Et il y a deux niveaux de théorie, celle propre au langage qui décrit la dynamique de construction du langage et celle propre à la structure qui établit les égalités entre termes du langage.

Et il existe une traduction qui permet de passer d'un terme du premier langage à un terme du second langage et réciproquement, tel que cette traduction correspond à une bijection entre les deux structures. Par exemple dans le premier langage `f(f,g,h(f,g))` se traduit dans le second langage par `((ff)"⊕"g)"⊕"((hf)"⊕"g)`. On conclue donc que le langage d'opérateurs d'arité variable n'apporte pas de pouvoir d'expression plus important qu'un langage d'opérateurs d'arité fixe du moment que celui-ci posséde au moins deux opérateurs binaires. C'est pourquoi on se restreindra par la suite à n'étudier que les langages d'opérateurs d'arité fixe.

Notez que dans ce second langage d'opérateurs d'arité fixe, il existe des opérateurs binaires qui ne possèdent pas l'arité nulle et donc qui ne constituent pas des termes du langages et ne désignent donc pas des éléments de la structure quoique participant à la construction du langage. Et il existe des opérateurs n'ayant qu'une unique arité nulle et qui sont donc des termes du langage et qui désignent des éléments de la structure mais qui n'opèrent pas. Ils peuvent constituer des opérandes mais il n'opèrent pas.

 

 

 

Par convention d'écriture, on note l'application d'un terme `x` à une séquence `frs(y,z,t,...)` comme suit :

`x(frs(y,z,t,...)) = x(y,z,t)`

La règle s'écrit ne manière exacte par :

`AA x "∈" S, AAy"*∈" S"*",  x(frs(y"*")) = x(y"*")`

 

 

 

 

 

 

 

 

15) Les théories d'égalité

Qu'est-ce qu'une théorie d'égalité ? nous ne répondrons pas tout de suite à cette question mais nous donnerons quelques éléments de construction. Le langage d'opérateurs va s'enrichire et donner naissance à un langage de proprosition qui nous permettra d'écrire bon nombre de théories d'égalité.

La première étape dans la construction de ce langage de proposition est l'égalité entre termes. Mais les propositions ne s'appliquent pas qu'a un langage d'opérateurs, elles doivent pouvoir s'appliquer à n'importe quelle structure `S`. C'est pourquoi on considère le langage d'opérateurs `S^•` et un évaluateur `s`

`s : ((S^•->> S), (t|->s(t)))`

L'évaluateur `s` évalue un terme `t` composé d'éléments de `S`, en un élément de `S`. Une théorie de dimension zéro, est un ensemble finie d'égalité entre terme `S^•`. Par exemple considérons trois éléments `f,g,h` appartenant à `S`. Et considérons la théorie `T` suivante :

`T = {f(g)"="h, g(f)"="h, f(h)(g)"="g, h(g)"="f}`

La théorie d'égalité `T` définie une relation d'équivalence sur `S^•` que l'on note de trois façons différentes :

`x=_Ty`
`x=y [T]`
`T|--x=y`

Deux termes `x` et `y` de `S^•` sont équivalents si et seulement si on peut passer de l'un à l'autre en appliquant une série de substitutions de sous-termes autorisées par la théorie `T`, c'est à dire ici les égalités énumérées par `T`.

Par exemple le terme `g(h(g))` est équivalent au terme `f(f(h)(g))`, ce qui se note de trois façons possibles  :

`g(h(g)) =_T f(f(h)(g))`
`g(h(g)) = f(f(h)(g)) [T]`
`T|--g(h(g))"="f(f(h)(g))`

Cette expression signifie que la théorie `T` démontre l'égalité `g(h(g))"="f(f(h)(g))`.

La relation d'équivalence est transportée sur `S` par le morphisme surjectif `s` et on utilise la même notation avec les éléments de `S`.

Ainsi avons-nous présenté un type de théorie d'égalité que sont les théories d'égalité de dimension zéro, avec les règles de déduction suffisantes.

Langage d'opérateurs 1 (suite)

Dominique Mabboux-Stromberg (Août 2017)

 

 

 

 

 

(a revoir) 10) Modélisation des théories

Une théorie est un ensemble fini ou énumérable de propositions. Et il n'y a pas de différence entre théorie et proposition. Car l'ensemble des parties énumérables de `NN` est énumérable.

Une partie de `NN` est énumérable s'il existe un programme qui l'énumère. Les programmes étant par principe de taille finie, il existe un énumérateur de tous les programmes. Et donc il existe un énumérateur de toutes les parties énumérables de `NN`.

Les élémentariens utilise les mêmes notations que celle de la théorie des ensembles de Zermelon, mais la signification change. Ainsi `ccP(NN)` représente l'ensemble des partie énumérable de `NN`.

Une bijection de `ccP(N)` vers `N` est un objet mathématique riche de paradoxes. Il révèle le versant informatique du théorème d'incomplétude de Godel qu'est l'impossibilité de prévoir dans le cas générale si un programme va s'arréter ou ne jamais s'arréter. Cantor construit une nouvelle partie de `NN` par le procédé de la diagonale de Cantor, en utilisant une fonction de choix qui n'est pas calculable, pour démontrer qu'il ne peut pas exister de telle bijection lorsque l'on admet l'axiome du choix, et ainsi démontre l'existence de la puissance du continu dans la théorie des ensembles de Zermelon. L'équivalent en logique intuitionniste ou élémentarienne prouve, par construction, l'existence de l'ensemble des parties énumérables de `NN`, qui est lui-même énumérable. L'axiome du choix est un moyen de construction supplémentaire. On peut concevoir des moyens de construction non calculables intermédiaires, plus faible que l'axiome du choix, qui n'opèrent une infinité de choix que dans un cas précis et d'une façon précise, plus précise qu'un choix libre mais moins précise qu'une fonction calculable, telle une fonction de choix non calculable pour un cas précis que la nature pourrait nous montrer par exemple. L'opinion de church ne concerne que les fonctions calculables. Au delà, cette opinion ne s'applique pas.

Le langage de propostition choisie crée un ensemble énumérable de toutes les propositions possibles et qui correspond exactement à l'ensemble de toutes les théories possibles exprimable dans ce langage. On crée une structure `S` sur cet ensemble des propositions en le dotant d'une loi de composition telle que un élément `b` est engendré par `a` ce qui se note `b"∈<"a">"`, si et seulement si `a` démontre `b` ce qui se note `a"⊢"b`.

Puis on transcrit dans la structure les principes de base du raisonnement en procédant par étape. On ajoute l'opération de conjonction notée `et"(...)"` et les 5 axiomes :

L'opérateur et`"(.,.)"` est invariant : `A "et" A = A`
L'opérateur et`"(.,.)"` est commutatif : `A "et" B = B  "et" A`
L'opérateur et`"(.,.)"` est associatif : `A "et" (B "et" C) = (A "et" B) "et" C`
Définition de la théorie vide `Ø` : `A "et" Ø = A`
Démontrabilité du contenu : `A in "<"A "et" B">"`

paradigme conjonctif .... ddddd

Puis on définie la conjonction. C'est une application notée `"et"(...)` devant vérifier les deux propriétés suivantes :

`"et" : ((ccP(S)->S),(A|->ET_(x in A) x ))`
`"et"({}) = Ø`
`"et"({x}) = x`

`"et"(S) = "⊥"`

`"<"Ø">" = {Ø}`
`"<"⊥">" = S`

 

C'est la notion générale d'engendrement qui définie la notion générale de déduction. Ce qui est déduit logiquement est engendré dans la structure `S`.

Chaque proposition est un élément de la structure `S`. Ainsi `S` est l'ensemble de toutes les propositions exprimables. `S` représente un langage de propriété choisi.

La pré-logique est une logique sans négation. La négation, en tant qu'application qui permet d'écrire la négation d'une proposition et donc de la construire, n'est pas encore présente. Une théorie `T` pré-logique est équivalent à une grammaire, elle ne connait pas la négation mais va engendrer une partie de la structure :

`"<"T">⊆" S`

Néanmoins l'incohérence est définie comme la capacité de tout démonter. Une théorie `T` est incohérente si et seulement si `T` démontre toutes les propositions c'est à dire si elle engendre `S`.

`T` incohérente  `<=>   "<"T">=" S`

Définition du faux et du vrai  `"⊥","⊤"`

Pour que notre étude soit celle de la logique et non seulement celle des langages, il faut ajouter les valeurs de vérité vrai et faux, et ce qu'est la négation, une symétrie qui permet de passer de l'une à l'autre, c'est à dire la capacité totale de dire « non ».

Il existe un moyen intérieur au langage pour définir de façon absolue, le faux, grâce au concept d'incohérence. Une théorie `T` est dite incohérente si et seulement si `T` démontre tout, `"<"T">"=S`. Et donc elle est dite cohérente si et seulement si il existe au moins une proposition `A` que `T` ne peut pas démontrer `T⊬A`.

On définie le faux comme une proposition incohérente, et on définie le vrai comme une proposition nécessaire. Ainsi nous avons :

Une proposition sera dite fausse si et seulement si elle démontre tout.
Une proposition sera dite vrai si et seulement si elle est démontrée par toute proposition.

On définie la proposition `"⊥"` avec comme seul définition d'être fausse c'est à dire telle que quelque soit une proposition `A`, la proposition `"⊥"` démontre la proposition `A`, ce qui se note :

`AA A,  "⊥⊢"A`

`"<"⊥">"=S`

On définie la proposition `"Ø"` avec comme seul définition d'être vrai c'est à dire telle que quelque soit une proposition `A`, la proposition `A` démontre la proposition `"Ø"`, ce qui se note :

`AA A,  A"⊢⊤"`

`AA A,  Ø in "<"A">"`

 

La proposition vide `Ø` est démontrée par toutes les propositions, et la proposition pleine `S` démontre tous les autres propositions. Donc nous avons :

`"⊥"= S`
`"⊤"= Ø`

Au stade pré-logique, il existe donc déjà le vrai et le faux.

`AA A,  "⊥⊢"A` `AA A,  A"⊢⊤"`
`"<⊥>"=S`   C'est l'ensemble des propositions. `"<⊤>"`   C'est l'ensemble des tautologies.
`AA A,  "<"A">" sub "<⊥>"` `AA A,  "<⊤>" sub "<"A">"`

Le faux `"⊥"` est ainsi défini intérieurement au langage comme étant l'incohérence, et représente la borne supérieure d'un treillis.

Le vrai `"⊤"` est ainsi défini intérieurement au langage comme engendrant le nécessaire c'est à dire l'ensemble des tautologies, et représente la borne inférieure d'un treillis.

Conventionellement, l'expresssion `"⊢"A` correspondra à l'expression `Ø"⊢"A`. Et comme la proposition vide correspond à la proposition vrai notée `"⊤"`, l'expression `"⊢"A` correspondra à l'expression `"⊤⊢"A`.

 

 

 

 

 

 

 

Puis on définie la négation. C'est une application notée `¬(.)` devant vérifier les deux propriétés suivantes ::

`¬ : ((S->S),(x|->¬x))`

`AA x,  ¬¬x=x`
`AA x,  "<"x,¬x">"=S`

 

 

 

 

 

On modélise les théories pré-logiques comme suit :

  1. Chaque proposition est un élément de la structure `S`.
  2. Un ensemble fini de propositions correspond à la conjonction des propositions et est donc égale à une proposition.
  3. Une théorie est un ensemble énumérable de propositions.
  4. Etant donné une théorie `T`, la cloture par composition `"<"T">"` est l'ensemble de toutes les propositions démontrables par la théorie `T`.
  5. La théorie `T` est incohérente si et seulement si elle démontre tout, c'est à dire si et seulement si `"<"T">"=S`.

A ce stade, nous avons défini une pré-logique. Elle est dite pré-logique car la négation, en tant qu'application qui permet d'écrire la négation d'une proposition et donc de la construire, n'est pas encore présente. Néanmoins l'incohérence est définie comme démontrant tout